OUR RECENT POSTS

A comprehensive overview of the inflight content offering (1/2)

A compelling portfolio of content hosted on your IFE/C platform is one of the three pillars to build ​successful ancillary-generating passengers experience. The new trend is to offer your passengers a web-like experience: your IFE/C is no longer a plain screen providing Video-On-Demand! At the age of media consumption commonality, you are committed to wow your passengers.

Videos 

Credits : Nello Consulting

“Blockbusters are a no-brainer”. This is what we often hear from the industry. Obviously, when speaking about long haul flights, this assertion is true. However, blockbusters are not the only video content. As Raphael, from Nello consulting mentions it:

Nowadays, content is everywhere and a good way to escape from hours of flight is to watch interesting content. Generally speaking, most of the passengers are thinking that they absolutely need to watch a blockbuster to have a good time, it’s not 100% true! Especially if we add the constraint of a short or medium-haul-flight, passengers don’t have the time to watch a full-length movie and the airline companies are often obliged to reduce the offer to some low-level documentaries. It’s not true anymore and even people will tell you that passengers are now downloading content to their smartphone before to take off, it is only representing 5% of the population. What about the others? Airline companies still need to keep their passenger entertained. How? By choosing relevant content and not accepting everything. If you’ll take the time to look at it, there is plenty of categories that worth the case: 

  • You’re looking to keep children quiet.? There is plenty of animation from old time to the most recent with famous brands sometimes forgotten
  • You’re looking to address millenials? What about discovering the e-sport magazine with the top trends video games
  • You’re looking to entertain all generations? What about adding short form awarded movies? You’ll be surprised to recognize also a famous actor or some gold nugget.
  • Did you get a fan of Sports aboard? Offer the weekly highlights of the matches of several soccer teams or propose the band new formula electric.”

There are so many hidden gems, produced by every culture, that you will be surprised…as will be your passengers! Adding on the top of that sponsored video content, and you get the perfect mix for your passengers…and your budget.

Audio

Credits : Nello Consulting

Forget the traditional “Listen” section. Turn it into “Musical Experiences”. Since most of the passengers carry their own music on their device, providing them with the top charts, top classical is not always relevant. Your passengers are about to discover new cultures, new worlds, then offer them a musical glimpse of the in-destination music offering.

You can also include a handpicked selection of less-known artists that match to your airline brand. Or, if you don’t have the budget, you can get such selection sponsored by a music provider or a fragrance brand.

As the video is also a sought-after media, you can create a “music videos” subsection in which you offer the top 10 by music genre and/or add the set of trendy deejays

Games

Credits : Gladi8tor

Did you know that the gaming industry is one of the most dynamic industry (+11% CAGR)? Gaming is no longer a children activity. Most of the age groups, most of the social categories are impacted.

Wouldn’t you like to promote a new onboarded game within your social community, and offer your future passengers to win credits and have them redeemed them during their flight? Wouldn’t you like to organize e-sport tournaments from one aircraft to another? Would you be looking for a branded famous car race game sponsored by your official rental car partner?

All this is now possible. We highly recommended to have a real gaming strategy setup throughout the entire journey. Thanks to that, additional ancillary revenues can be driven:

  • Directly from advertising and in-game upselling
  • Indirectly through loyalty enhancement

To achieve such goal, it is mandatory to phase the project, since such strategy may involve several stakeholders in your company: IFE team, IT team, Digital Communication…

Moving Map

Credits : FlightPath3D

Who has been bored watching the aircraft slowly progressing along its flight path? Such experience can now be dramatically improved with interactive moving maps offering a Google Maps/Google earth-like experience. Thanks to high-end interactive moving maps such as FlightPath3D, your passenger can browse, swipe, zoom, and be delighted with engaging points of interest, theme-based, that can also be sponsored. Did you know that such digital experience is one of the most sought after by the passengers?

Destination Content and Services

Credits : PXCom

Did you know that 80% of the travelers rely on their paper tourist guide during their trip to sort the best points of interest and activities that will enlighten their journey? Not only tourists are looking after in-destination activities, with the rise of leisure, but you will also delight your business travelers.

Their flight is the perfect moment to engage them with a sought-after service, especially if you also provide them with the ability to book some tickets, download discount coupons…

However, you must absolutely avoid providing them with plain user-generated content such as Tripadvisor. They can access it everywhere from their mobile, at any time when they are connected. Such content contributes to the success of your brand. Prefer offering curated content, blending cold advice with seasonal editorial recommendations for a better experience.

Digital Press

Credits : Adaptive Channel

Newspapers and magazines are a traditional form of entertainment for passengers, however switching to digital press now provides airlines with significant benefits. Switching to digital press provides airlines with the rare opportunity to simultaneously reduce costs and improve the passenger experience, a rare feat for any airline with budget constraints and demanding passengers!  It reduces logistical and cleaning costs associated with a printed press but most importantly by reducing the onboard weight, it reduces fuel consumption and CO2 emissions. On the cabin front, the digital press allows passengers to be entertained on board but also at the gate and after the flight with newspapers and magazines that are always up to date and never run out.

Digital press is also an experience that passengers really enjoy in particular on short and medium haul flights which traditionally lack a proper IFE service. For airlines, digital press may be made available to passengers on any IFE systems such as Seat-back IFE and Wireless IFE but also on the passenger’s own mobile device using a cloud based service when no IFE is available (Mobile IFE)”, states Laurent SAFAR, Adaptive Channel’s CEO

It should also be mentioned that on-board reading experience passenger experience has been enhanced by the availability of high-end eReaders which allow passengers the full use of their mobile device to read their favorite newspapers and magazines in page mode as well as in article mode, a feature particularly useful with a smartphone!

There are so many more content opportunities and strategies to discover! Don’t miss our next month issue of PXConnect for the second part of this overview.

5 INFLIGHTS TRENDS TO WATCH IN 2019

2019 INFLIGHT TRENDS

Inflight Connectivity

RouteHappy’s Annual Inflight Wifi Report is expected to be released In less than one month. Last year’s release showed a 17% increase on 2017 with 82 airlines offering inflight connectivity. No doubt that this year’s report will highlight a rapid increase of equipped aircraft. Yet, 2018 has also stressed the limits of Inflight Connectivity, especially when it comes to ensuring a sustainable ROI for those airlines who have heavily invested in the enhancements. Although there is no magical formula, stacking specific solutions car significantly offset some costs:

  • Use the IFC beyond the simple pax pleasure, especially for MRO usage, weather/routes optimization…
  • Use the IFC for operational cabin crew reports, saving costs
  • Split content between seatback & IFC in order to drive audience and monetization opportunities
  • Integrate connectivity-free ad-serving solution
  • Include partnerships for streaming services…

To date, Finnair appears to be one of the best in class, relying on its high-end Nordic Sky Wifi that drives ancillary revenues based on food and beverage, travel retail and upgrade sales, bundled with seamless payment solutions, especially targeting Chinese passengers with Alipay.

Personalization

Will PNR and customer data eventually be linked to the IFE platforms? As of today, it is no longer a technical issue, as Thales showcased it recently on its latest Inflyt platform. Neither it is a legal issue since GDPR provides the right frame to it and all the airlines collect personal information for their ticket sales process. The big question is ‘who will be the first airline to accept sharing that data on a third party platform to allow a full journey-through personalized experience’. Thanks to both the cookies technology and their mobile app, airline get a strong understanding of their passengers. Blend it with data gathered during the flight and a strong Netflix-like recommendation engine, and you can feed a virtuous circle that produces an ever more personalized inflight experience.

The first inflight chatbots

The airline has embraced chatbot technology for the last two years, offering interactive communication with their passengers…on the ground. In the wake of the personalization quest, such technology will help passengers in rapidly adapting the onboard experience to their immediate need from finding the right content at the right moment to experiencing more customer-centric onboard shopping. Of course, the stake is to add to your IFE platform a connectivity-free chatbot

Content disruption

During the last two years, we have witnessed the explosion of Netflix, Amazon Prime and another video on demand platforms. The media industry, at least for the BtoC model, has definitely shifted to a consumption-based business model. What about the airlines? No doubt that by the end of the year, disruptive content service providers will eventually manage to negotiate with the majors, to drop down the usual “flat fee” to offer their airline customer a kind of pay-per-view business model.

Blockchain for the onboard payment

Last year we saw a couple of exiting statements unveiling the adoption of the blockchain technology. Among them, Singapore Airlines unveiled KrysPay, which it claims to be “the world’s first blockchain-based airline loyalty digital wallet”. Shall we see it bundled with the “Tap & Pay” technology developed by Panasonic and rolled out on Level Airlines? Beyond that, blockchain or not, one of the big expected improvement for this year is a dramatic change in the onboard payment user experience. As payment is the last possible touch point that could lead to a shopping abortion, a seamless payment experience like on-the-ground has become a no-brainer stake for the airlines.

Memosine démarre sur Bordeaux avec du “PXCom Inside” pour ses Wine tours et ses City breaks

Les fondateurs de la Compagnie Memosine proposent une nouvelle façon de vivre le Tourisme.
A travers des véhicules originaux, électriques en ville, cabriolets en vignobles, ils ont en effet imaginé une expérience innovante pour découvrir le monde qui nous entoure via des circuits audio-guidés multimédia et interactifs.

Ce sont les équipes d’ingénieurs de PXCom qui ont travaillé à leurs côtés pour intégrer un système embarqué dernière génération qui livre, aux touristes, les secrets distillés tout au long des ballades proposées.

Memosine_interieur_CImaginez…, vous naviguez à votre rythme au volant d’un véhicule ouvert et êtes guidés, restant libres de vos “tours et détours”, sur circuits originaux en accédant, sur l’écran placé sur le tableau de bord, à des photos, textes et commentaires audio) vous accompagne tout au long des circuits choisis.

Nous sommes très fiers d’avoir été sélectionnés par Memosine pour l’équipement et le guidage multimédia de ses véhicules.
Grâce à notre PXPlorer®, première suite logicielle permettant de construire et de gérer ses propres circuits, nos clients peuvent désormais diffuser les contenus soit sur des tablettes à bord, soit via un portail wifi embarqué dans le véhicule lorsqu’il s’agit d’un car ou d’un bateau de croisière fluviale.

Le PXPlorer® propose en outre des fonctionnalités de chat entre l’opérateur et les touristes, ou même entre les véhicules, ainsi que la possibilité d’organiser, pour des groupes, des rallyes ou des quizz culturels.

Nous souhaitons tous nos vœux de succès à Memosine (www.memosine.com) !

Rendez-vous à l’Aviation Festival Londres 2016

L’Aviation Festival est l’un des évènements majeurs de la rentrée, où se rencontrent les décideurs du secteur aérien. Vous découvrirez les dernières technologies et services destinées aux compagnies aériennes, avec un accent particulier porté sur la génération de revenus, l’expérience passager, et les stratégies que doivent adopter les compagnies aériennes afin de satisfaire leur clientèle pour atteindre leurs objectifs de croissance.

Nous vous accueillons sur le stand #63 de cette 13ème édition de l’Aviation Festival, qui se tiendra à Londres du 7 au 9 septembre. A cette occasion, Cyril JEAN, animera également une conférence à l’Aviation Festival Innovation Theatre le 8 septembre à 11.10, qui aura pour thème « La monétisation de votre plateforme de divertissement passagers ».

Les principaux sujets abordés seront :

  • Les guides touristiques interactifs générateurs de revenus
  • La monétisation de votre connectivité via l’intégration de services à destination
  • Prendre le virage de la pub digitale sur votre IFE

Si vous êtes un décideur du transport, l’Aviation Festival est un rendez-vous incontournable pour le développement de votre activité.

N’hésitez pas à nous contacter rapidement pour organiser un rendez-vous. A très vite !

Le soleil se lève pour le tourisme médical

Les individus associent généralement le tourisme avec l’équilibre parfait entre relaxation et activités physiques agréables. En un seul mot : Le bien-être. Et nous sommes d’accord, bien-être va souvent de paire avec bonne santé.

En ces jours où la productivité prime, les personnes réalisent que les vacances sont une opportunité de prendre soin de leurs corps.

Vivez plus, vivez mieux

Cela fait partie de la prise de conscience générale qui a donné naissance à de nouveaux marchés liés au bien-être tels que: Les restaurants bio, les chaînes de salles de sport, les spas, les séances yoga, et ainsi de suite.

Dans les principales destinations de voyage, ces activités ont pris une place majeure dans l’économie touristique… mais où est la place des spécialistes de la santé dans tous ça ?

La santé, c’est la richesse

Pourquoi les établissements médicaux ne sont pas dans les listes de lieux à visiter ?
C’est parce que le concept même de leurs services est lié à la douleur. Dans ce cas me direz-vous, une salle de sport est également un endroit dédié à la douleur physique. Eh oui ! C’est donc une atmosphère stimulante et la reconnaissance des avantages qui changent la donne. Les deux concepts sont réunis autour d’un même terme: LE MARKETING DE LA SANTE.

Si vous dirigez un service médical dans une destination touristique, bonne nouvelle, le marché est là et il est immense ! Selon une recherche récente, le tourisme médical représente 439 milliards de USD, et le taux de croissance annuel est estimé à 25% pour les 10 prochaines années.

Pas encore conquis? Au moins 3% de la population mondiale prendra un vol vers un autre pays pour des raisons de santé.

Ne limitez pas le tourisme médical aux simples traitements contre les maladies. Il faut prendre en compte que la prévention est toute aussi importante et que chaque touriste est un patient potentiel.

Le paradis s’il vous plait

Selon la même recherche, les destinations médicales phares pour les touristes américains sont: Canada, Royaume-Uni, Israël, Singapour et l’Inde. (1)

Et si vous donniez aux patients le choix entre Majorque, Tenerife, Barcelone ou bien Nice pour faire un bilan santé ? Peut importe l’inconfort, ils se sentiront beaucoup mieux à coup sûr !

Il existe trois critères, auxquels j’ajouterai un quatrième, qui permettent d’améliorer son classement :

  • Environnement de la destination
  • Industrie du tourisme médical
  • Qualité des services et des infrastructures
  • Compétitivité des prix

2017-medical-tourism-trends

En comparant les classements des destinations touristiques les plus populaires et leur position dans le classement des meilleures destinations médicales, nous noterons que les responsables marketing des services de santé de ces pays sont assis sur une mine d’or. Par exemple, la France, première destination au monde, n’occupe que la position 7 dans le classement !

medical tourism Evidemment, cela demanderait une stratégie consistante qui impliquerait l’ensemble des acteurs des écosystèmes locaux.

Nous avons trouvé des initiatives espagnoles très prometteuses:

Dans toute l’Espagne: Spaincares
A Barcelone : Barcelona Medical Agency
A Majorque : Mallorcare

Ne soyez pas surpris si un jour le touriste considère la proximité à un service médicale comme un critère de sélection important pour ses prochaines vacances.

Le voyage et la santé sont amis

Une fois que votre ville a réuni les 4 critères mentionnés précédemment, vous aurez besoin de vous faire connaitre, je voulais ainsi terminer cet article en vous donnant un peu d’inspiration.

Rappelez-vous que la qualité seule ne suffit pas, votre campagne doit être créative. Il s’agit de faire savoir au touriste qu’une visite chez un spécialiste, dans un cadre sympathique, pour leur faire beaucoup de bien. Mettez en avant les bénéfices !

medical tourism advertising
“Ne vous cachez pas de l’été”

medical tourism advertising

 

medical tourism advertising

Medical tourism advertising

Medical tourism advertising

Medical tourism advertising

Medical tourism advertising

Medical tourism advertising

Bonne saison à vous !

Top 5 des meilleures publicités de voyages

Promouvoir vacances et voyage serait a priori simple : Quelques photos de belles plages et de cocktails estivaux ornés de petits parapluies sur le bord et le tour est joué !
Cet article présente la liste non exhaustive des marques qui ont joué une carte différente grâce à des placements de produits intelligents, à l’humour et au Story-Telling. Ces campagnes publicitaires ont toutes un point en commun, celui d’avoir cassé les codes habituels liés au voyage et aux vacances.

5 – Old but Gold : Louis Vuitton “L’invitation au voyage”

4- Airbnb : “Love is Welcome Here”

Pendant le mois de la Gay Pride, Airbnb a lancé une puissante campagne concernant le voyage des couples LGBT et de ses spécificités. Son slogan n’aurait pas pu être plus poignant “Nous attendons avec impatience un monde où tout amour est le bienvenue”

3- British Airways “Seize the moment”

Pour créer cette campagne, British Airways a travaillé avec deux blogueurs qui ne se connaissaient pas. Ces deux éditeurs ont appris à se connaitre et ont eu pour challenge de planifier un voyage de 24 heures pour l’autre. Leurs aventures respectives ont été racontées sur les réseaux sociaux et dans leur blogs. British Airways a relayé le message sous-jacent de “Profiter du moment présent” d’une manière incroyablement créative.

2- WestJet et le miracle de Noel

Qui ne rêverait pas de voir apparaître le cadeau de ses rêves comme par magie ? WestJet l’a fait pour quelques chanceux pendant la période de Noel. On vous laisse apprécier.

1 – Et notre grand gagnant : Airbnb “Ne visitez pas. Vivez là bas.”

La Start-up Californienne a réussi un coup de maître avec cette publicité que nous avons pu apprécier sur nos petits écrans cet été. Plutôt que de parler de la qualité de ses appartements proposés partout dans le monde, Airbnb met l’accent sur ce que recherchent avant tout les voyageurs qui utilisent ses services : découvrir un pays ou une ville en vivant comme les locaux.

Vous avez des publicités de voyages favorites ? N’hésitez pas à les partager en commentaire ci-dessous !

Les guides interactifs de PXCom disponibles sur Eurowings

Lundi 1er août, les passagers du vol 4U584 ont décollé de Cologne (Allemagne) en direction de Palma de Majorque.
A l’instar des passagers des 70 autres avions moyen-courrier d’Eurowings, ils bénéficient désormais d’un système de divertissement accessible depuis leur tablette ou leur smartphone.

Ecran a voir a faire guide interactif BerlinAu-delà des films, musique et jeux

Comme pour tout divertissement à bord, l’offre comprend un bouquet de films, de musiques, de jeux…

Néanmoins, cette flotte est très particulière pour PXCom, puisqu’elle marque le début d’une longue liste de compagnies aériennes qui sont en train de s’équiper des guides touristiques interactifs produits par nos équipes.

Tous ces passagers peuvent désormais consulter et sélectionner pendant leur vol les activités et points d’intérêts qui feront de leur séjour à destination un moment inoubliable. Plusieurs sections leurs sont ainsi proposées : A voir/à faire, se restaurer, sortir, faire du shopping…

Le contenu vient de notre partenaire ArrivalGuides, leader mondial dans la production de guides touristiques digitaux.

Les acteurs du tourisme pour leur part, ne sont pas en reste ! De nombreux partenaires, localisés dans les différentes villes Européennes desservies par Eurowings, ont très vite saisi l’opportunité de promouvoir leur activité sur nos guides.
Ils bénéficient en outre de fonctionnalités marketing innovantes comme le call to action, autrement dit, la possibilité offerte aux passagers de charger instantanément un coupon de réduction ou de faire une pré-réservation pendant leur vol, qui sera confirmée une fois arrivés à destination.

 

Pour plus d’information : Contactez-nous

Vous voulez plus de touristes chez vous ? Attrapez-les tous avec Pokemon GO !

A moins d’avoir complètement déconnecté ces dernières semaines, vous ne pouvez pas avoir raté la déferlante Pokemon. Avec plus de 20 millions de téléchargements en deux semaines, on assiste à un formidable regain d’intérêt pour ces petits POcKEt MONsters, ravivant 20 ans d’engouement trans-générationnel, et propulsant dans la rue des joueurs suspendus à leur smartphone pour essayer de capturer ces monstres virtuels dans une réalité augmentée.

Plutôt que de constater simplement le phénomène, en tant qu’acteur du tourisme vous pouvez aisément bénéficier de la fièvre ambiante, moyennant un budget ultra raisonnable. Elaborez vite une stratégie de « gamification » autour de votre établissement !

Commencez par vérifier comment vous êtes impacté

Le meilleur moyen est de télécharger vous aussi l’application, et de vous y connecter via un compte Google. Lancez le jeu et vous découvrirez rapidement les Pokestops (endroits où les joueurs peuvent collecter des objets utiles à leur quête) et les gyms (arènes virtuelles où se déroulent des batailles entre joueurs), qui pourraient être autour de vous.

pokemon 2 stratégie marketing tourismeVous avez de la chance ?

Si votre établissement est directement concerné ou à proximité d’un de ces points d’intérêt virtuels, faites-le savoir immédiatement ! Secouez votre Community Manager afin d’en informer vos réseaux sociaux, mettez à jour votre communication dans les avions, affichez-le sur la porte de votre établissement, etc. Vous devez impérativement faire savoir auprès de la communauté des joueurs que vous êtes un hot-spot !
Vous pouvez également aller plus loin, créer des offres spéciales pour les joueurs et bien entendu communiquer sur le sujet. L’objectif est ainsi d’utiliser le jeu pour créer une expérience positive auprès de ces clients potentiels.

N’oubliez pas d’impliquer et surtout de former votre personnel, leur permettant ainsi de répondre aux questions de vos nouveaux clients, voire même de leur fournir des trucs et astuces.

Si vous souhaitez créer de l’engagement sur les réseaux sociaux autour de votre activité, organisez des “concours” ayant pour point commun votre hashtag, dans lesquels les joueurs partagent sur les réseaux les images des Pokemon capturés dans votre environnement, sans oublier, bien sûr, d’être réactif à votre tour et de les viraliser.

Un autre moyen d’augmenter l’affluence dans votre établissement est de dépenser une poignée de dollars, à l’instar de la pizzeria L’inizio à New-York, et d’acheter des lures sur l’application. Ce sont des leurres, qui sont ajoutés aux Pokestops qui vous concernent directement, ayant pour effet d’attirer ces créatures virtuelles, et par conséquent d’attirer les joueurs/consommateurs bien réels. Le propriétaire de L’inizio a juste dépensé 10 dollars dans la section « shop » de l’application (ce qui correspond à 20 heures de présence d’un leurre), et aurait vu la fréquentation de son établissement grimper de 75% durant cette période !

Un dernier conseil, gardez un œil sur les communications de la société Niantic (éditeur du jeu). En effet, leur directeur général a confié au New York Times que les établissements privés allaient prochainement pouvoir bénéficier d’une nouvelle opportunité : la publicité intégrée dans le jeu, permettant ainsi de sponsoriser certains lieux stratégiques…

Pokemon GO for tourismMoins chanceux ?

S’il n’y a pas de Pokestop ni de gyms dans les parages, pas de soucis, Niantic a tout prévu !
Connectez-vous sur https://support.pokemongo.nianticlabs.com/hc/en-us/requests/new et remplissez le formulaire pour devenir vous-même un Pokestop. Soyez sûr que Niantic ne passera pas à côté de l’opportunité d’intensifier son maillage et par là même d’augmenter…ses revenus indirects.

En attendant la réponse, commencez à cartographier les alentours, formez votre personnel et créez de l’engagement sur les réseaux sociaux en indiquant que chez vous, les joueurs pourront trouver des renseignements utiles pour leur quête.

Personne ne sait vraiment combien de temps va durer l’engouement, mais il est évident qu’il génère de nouvelles opportunités marketing pour les acteurs du tourisme que vous êtes. Pour l’heure, gardez bien en tête qu’un joueur passe près de 33 minutes par jour sur le jeu, contre…22 minutes pour Facebook et 18 sur Snapchat.

Dans tous les cas, la principale leçon à tirer est que les équipes marketing se doivent d’être en permanence sur le qui-vive, prêtes à saisir ces nouvelles occasions qui n’auront de cesse de se multiplier, afin d’en tirer des bénéfices en temps réel.

Nous vous souhaitons une belle saison touristique.

54% des passagers auront accès au multimédia sur leur tablette en 2018 durant leur vol

SITA vient de publier sa dernière enquête « Airline IT 2015 ». Cette étude reflète la vision de plus de la moitié des 100 premières compagnies aériennes mondiales sur les orientations stratégiques en termes de NTIC.

Parmi les résultats collectés, on relève que l’ensemble des interrogés poursuivent leur effort d’investissement dans le Wifi cabine, confirmant la digitalisation massive du divertissement passager amorcée récemment.

En ce qui concerne les opportunités données aux passagers de réserver leurs activités à destination durant le vol, celles-ci voient un bond de 6% aujourd’hui à 44% d’ici la fin 2018. Cet accroissement sera notamment facilité par l’adoption massive d’un accès internet à bord (66%), associé à la généralisation de l’accès au contenu multimédia depuis sa tablette ou son smartphone durant le vol (54%).

Le rapport complet est disponible sur : http://www.sita.aero/resources/type/surveys-reports/airline-it-trends-survey-2015

Les offices de tourisme face au challenge de la digitalisation

Les villes et les régions continuent de maintenir les offices de tourisme et autres centres d’accueil pour touristes, et certaines de ces structures ont su évoluer et s’adapter à la transformation digitale dans le but d’attirer des cibles différentes.
L’idée originelle des offices de tourisme était de fournir aux visiteurs des informations utiles afin qu’ils puissent trouver les activités qui leur conviennent et, éventuellement, revenir ou recommander la destination.

Aujourd’hui, leurs missions comprennent :

  • L’accueil et l’information des touristes ;
  • La promotion touristique de la commune ou du groupement de communes
  • La coordination des interventions des divers partenaires du développement touristique local.

Au cours des deux dernières décennies, les offices de tourisme sont devenus de véritables agences marketing de la destination, sur place, mais également bien au-delà. Nous avons même assisté à la naissance de chefs-d’œuvre architecturaux. Agréables à regarder, ils attirent certainement l’œil du visiteur, néanmoins, une façade attrayante ne suffira pas à attirer plus de touristes dans la ville. Par ailleurs, en moyenne, 10% de l’ensemble des voyageurs d’une destination se rendent dans un office de tourisme(1).

Comment, dans ce cas, remplir cette mission auprès des 90% restant ?

Parallèlement à ça, nous avons assisté à la naissance de l’Internet, du Wi-Fi et des smartphones. Grâce à eux, le visiteur a entre les mains plus d’informations que jamais : guides touristiques digitaux (cliquez ici pour plus d’informations), sections voyage dans les magazines spécialisés, magazines de voyages en ligne qui intègrent les « must do » des villes et des dizaines (voire des centaines) de blogs de voyage et d’applications pour chaque ville.
L’assistance physique peut éventuellement être remplacée par la commande vocale de l’assistant numérique du téléphone du voyageur. En effet, essayez de demander à Siri les horaires d’ouvertures du Musée Picasso de Barcelone ou le prix de l’entrée du Musée Guggenheim. Il trouvera rapidement et efficacement réponses à l’ensemble de vos questions. Si vous voulez recherchez une liste exhaustive des « must do » ou de circuits à thèmes prédéfinis, essayez les magazines et guides en ligne ou les blogs et applications spécialisées. Vous pouvez même y trouver des recommandations de célébrités et les bons conseils de locaux qui vous éviteront les pièges à touristes communs.
Le digital est donc un défi auquel les offices de tourisme font aujourd’hui face et doivent relever. Deux choix s’offrent à elles dans ce cas : à minima s’adapter, idéalement innover.

Pourquoi nous rendons nous aux Offices de Tourisme ?

Les offices de tourisme sont souvent situés stratégiquement là où la plupart des touristes se rendent. Et l’idée de prendre quelques brochures et recevoir des renseignements, de profiter d’un moment rafraichissant dans une pièce climatisée séduit. De plus, pour certains, l’assistance physique et humaine ne saurait être remplacée par une assistance technologique. C’est là que réside l’atout ultime des offices de tourismes.

Ceci dit, l’absence d’espace d’accueil centralisé ne rimerait pas forcément avec absence de services aux touristes. D’une part parce que, comme expliqué précédemment, des guides touristiques téléchargeables, des plateformes d’achat en ligne et des sites internet spécialisés offrent le même service, et, d’autre part, la suppression d’un office de tourisme encouragerait peut-être les voyageurs à interagir avec les locaux. En effet, si un café doté d’une connexion WI-FI, de climatisation et de toilettes (pour les consommateurs) complétait l’office de tourisme, une partie spécifique de touristes préférerait éventuellement naviguer sur leurs smartphones et tablettes tout en sirotant un cappuccino.

Si certaines personnes ne possèdent pas de smartphones, elles sont cependant de moins en moins nombreuses. Ces visiteurs « analogiques », à défaut de smartphones, préparent leur voyage grâce à, entre autres, des guides papiers. Ils font majoritairement partie des 10% de visiteurs qui poussent la porte de l’office. Le but des offices de tourisme auprès de cette cible est de la fidéliser. La diffusion de l’information de base étant aujourd’hui facilitée par les outils numériques, cette part tendra logiquement à diminuer. Le challenge est donc surtout d’attirer et de fidéliser les « mobinautes » en embrassant la vague numérique et digitale.

Et si on se concentrait sur les 90% ?

Il s’agit de se demander : « Comment faire pour aider les 90% de touristes que nous ne croisons pas ? »
Pour s’adapter à une concurrence toujours plus accrue, les offices de tourisme misent sur un meilleur référencement sur les moteurs de recherche, un meilleur ciblage de leur clientèle en communiquant en amont du séjour (avant et pendant le vol plutôt qu’uniquement pendant le séjour), et mieux travailler la e-réputation de ses adhérents via des conseils adaptés. Tout cela est désormais immédiatement accessible aux professionnels du tourisme via des packs services, plus attractifs, plus efficaces, et sans doute bien plus générateurs de revenus pour eux.

A titre d’exemple, des offices de tourisme comme celles de Bahreïn et de Madrid font leur promotion et celle de certains de leurs adhérents directement auprès des voyageurs dans l’avion via les différentes plateformes de divertissements digitales des compagnies aériennes arrivant à destination.

Autre idée : La création d’un Lounge spécial pour les visiteurs. Si vous vous êtes promené dans une ville pendant des heures, n’aimeriez-vous pas un salon semblable à un Lounge d’aéroport VIP, où vous pourriez vous reposez, vous rafraichir et avoir accès à une bonne connexion internet ? Plus besoin de retourner jusque votre chambre d’hôtel pour vous reposer !

Mieux vaut fournir des chaises confortables afin que les visiteurs puissent recharger leurs batteries et reposer leurs pieds avant de repartir pour un tour de shopping et le visites.
Je traduis mon idée : une salle de repos sous forme de Lounge pourrait encourager une partie des visiteurs à se reposer afin qu’ils continuent à se balader dans la ville, visiter attractions et boutiques, et bien sûr, consommer.

A l’instar de Maribor en Slovénie(2), certaines villes ont déjà abordé la transformation numérique et ont même tout bonnement supprimé leur office de tourisme. Maribor a effectué une segmentation de ses visiteurs en deux grands groupes ; les « mobinautes » et les « zéronautes ». Les premiers sont numériquement alphabétisés et alertes. Les seconds sont loin de tout cela et sont très attachés au relationnel et au papier. Pour les « zéronautes », des « relais touristiques » ont été créés avec de nombreux commerçants. En priorité avec les bars, hôtels et restaurants qui sont des lieux de rencontre et de convivialité. Mais aussi avec des boulangeries, des stations-service et beaucoup d’autres types de commerces très fréquentés par les visiteurs. Pour les « mobinautes », qui constituent la majeure partie de la population touristique, un maillage wifi de la ville constitué par les « relais touristiques » a été développé. Un mobinaute en vacances n’a pas accès à son réseau 3G, si ce n’est à prix d’or, des Hotspots wifi lui sont donc offerts dont chaque commerçant partenaire est un maillon. Le mobinaute peut également télécharger un livre d’initiatives touristiques qui permet au visiteur, grâce aux nombreux QR codes qu’il contient, d’atteindre, grâce à son téléphone, de nombreuses ressources numériques et de les télécharger pour l’accompagner dans ses découvertes.


Sources :
(1) http://www.etourisme.info/o-fils-tourisme-vois-tu-rien-venir/
(2) http://www.etourisme.info/loffice-cest-fini/

5 innovations digitales au service du tourisme

Le tourisme est une formidable source d’inspiration pour les sociétés innovantes, principalement parce que celles-ci peuvent s’appuyer sur la part importante que tient l’émotion dans l’acte d’achat.

Nos équipes ont sélectionné pour vous les 5 innovations qui peuvent vous apporter énormément, à chaque phase du voyage : depuis la recherche d’une destination, jusqu’au séjour sur place.

3D et réalité virtuelle : Achetez ce que vous vivez

Quelques compagnies aériennes ainsi que des grandes marques d’hôtels nous offrent depuis quelques semaines, la possibilité de découvrir virtuellement ou en 3D leurs intérieurs depuis notre canapé. A l’instar d’Emirates qui fait appel à Nicole KIDMAN vantant les mérites de sa première classe, il s’agit surtout de faire le buzz. Et çà marche.

Néanmoins, cette nouvelle technologie démarre très fort dans le secteur touristique, et son avenir est plus que radieux. En effet, imaginez-vous pousser la porte d’une agence de voyage, vous installer dans un salon dédié, et vous immerger virtuellement dans les différents endroits qui vous tentent pour vos prochaines vacances ! Nul doute que les taux de conversion vont exploser.

Organisez votre séjour depuis votre siège d’avion

Les nouveaux systèmes de divertissement des avions proposent désormais de véritables guides touristiques interactifs, qui permettent aux passagers de sélectionner les activités qui les intéressent, les charger sur leur smartphone, et même de pré-réserver leurs billets d’entrée.

Au-delà de ce service innovant, le déploiement fulgurant de la connectivité à bord des avions permet d’envisager à court terme un élargissement des services accessibles à bord : réservez votre taxi, enregistrez-vous à votre hôtel, achetez vos places de concert ou de match, faites vos courses pendant le vol…Autant de possibilités qui vous feront oublier le temps de vol.

Les « beacons » pour de l’engagement dans l’instant

Les beacons ou balises Bluetooth de nouvelle génération, fleurissent dans les aéroports et même en centre-ville, car ils permettent un engagement immédiat du consommateur / touriste.

Ainsi les passagers qui flânent dans les zones duty free de certains aéroports sont avertis en temps réel de leur embarquement, tout en tenant compte du temps nécessaire pour rejoindre la bonne porte.

Au-delà de ce service, les magasins, qu’ils soient en aéroport ou en centre-ville commencent également à s’équiper de cette technologie afin d’adresser au chaland, en temps réel, sur son smartphone, un message l’invitant à bénéficier d’une offre spéciale, s’il pousse la porte. N’oubliez pas que vous obtenez les meilleurs taux de conversion une fois le client dans vos murs !

Les smart-cities multiplient les points de contact

« Smart City » autrement dit la ville intelligente. Le mot est sur toutes les lèvres, des élus aux offices de tourisme. En marge des solutions de transport et de développement durable innovantes, le concept implique également un maillage très fin permettant à tout un chacun de bénéficier du wifi gratuit n’importe où dans la ville, ce qu’a d’ailleurs récemment initié NYC.

Des sociétés leader sur le marché du mobilier urbain, comme JCDecaux, proposent ainsi des concepts novateurs, comme l’AbriBus Concept, ou le Digital Harbour. Autant d’espaces qui permettent d’interagir avec les citoyens de la ville mais également avec les touristes. En effet, ces équipements ne proposent pas que de l’accès Wifi. Ils vous offrent ainsi toute une palette de services permettant vous permettant de communiquer directement avec vos cibles via ces nouveaux points de contact.

Surprenez vos clients avec des robots accueillants et efficaces

Le contact humain reste fondamental. Cependant, quelques grands noms de l’hôtellerie, ainsi que quelques aéroports commencent à introduire des robots humanoïdes, aux points d’enregistrement, à la dépose bagage, au point info… Ces robots peuvent même vous guider dans le dédale des couloirs.

Ici encore, ces essais relèvent, pour l’instant, plus du coup marketing. Cependant ils témoignent de la vague sous-jacente qui nous attend en termes d’expérience client.

Il y a fort à parier que d’ici quelques courtes années, votre parc d’attraction ou votre musée sera équipé de ces robots, qui renseigneront vos clients, et qui, en plus, seront particulièrement performants pour réaliser quelques ventes additionnelles !

L’innovation dans chaque segment du voyage

Cette sélection est bien entendu un condensé des nouveaux services ou produits qui serviront directement ou indirectement l’industrie touristique.
La bonne nouvelle, c’est qu’elles ont toutes un point commun : l’augmentation de l’expérience client que vous souhaitez délivrer, tout en créant de nouveaux points de contact…que vous devrez intégrer dans votre stratégie marketing.

Pourquoi une bonne notation sur Tripadvisor n’est pas suffisante

Tripadvisor est devenu sans conteste un composant clef dans le succès ou l’échec d’une activité touristique.

Selon ComScore, une société leader dans la mesure de l’impact de la pub digitale, 50% des voyageurs prêts à valider leur achat, confirment que Tripadvisor a fait partie des sites consultés sur leur parcours digital. Avec un tel impact, il est évident qu’une mauvaise notation est dramatique pour un acteur du tourisme.

Mais à l’inverse, une note de 4/5 ou 5/5 ne fait pas tout, loin de là.

Moins de 30% des internautes utilisent réellement Tripadvisor…et le font principalement pour leur hébergement

Lors de la dernière conférence sur l’OSD, Desimir Boskovic a présenté une étude détaillée particulièrement instructive sur l’impact de Tripadvisor : moins de 30% des internautes ont reconnu Tripadvisor comme source principale d’information.

Son étude révèle en outre que les hôtels et chambres d’hôtes sont loin devant les autres activités à destinations en termes de consultation (même devant les restaurants). Par exemple, les recherches sur les activités « A voir, A faire » n’ont intéressé que 6% des sondés.

Lorsque l’on confronte cette étude à des recherches menées en interne par les équipes de PXCom, ces contrastes sur l’utilisation de TripAdvisor s’expliquent par deux raisons majeures :

  1. Les voyageurs consultent ce site avant leur voyage, au moment du processus de réservation des deux fondamentaux du voyage : comment je me rends dans la destination ? et où vais-je dormir ? Ils sont encore loin de se demander ce qu’ils vont faire une fois sur place.
  2. Les voyageurs cherchent dans TripAdvisor, une sorte de « garantie » que leur choix est le bon. « Tiens cet hôtel a l’air sympa, qu’en disent les internautes ? »

Un touriste consulte en moyenne 31 sites avant de finaliser ses achats

A l’ère du voyageur connecté, le future touriste consulte en effet en moyenne 31 sites rien que pour réserver son mode de transport et son hébergement !

Par conséquent, au-delà d’être performant et apprécié de vos clients, ce qui condamne le secteur à une quête de l’excellence, vous devez en faire beaucoup plus pour décrocher le Graal numérique, à savoir le passage du panier à l’état de commande effective. Il est indispensable d’élaborer une réelle stratégie marketing, qui, en plus, se doit d’être « agile », c’est-à-dire adaptée en temps réel.

Une telle stratégie commence par l’identification des points de contact, avant, pendant et après le trajet, et pour chacun de ces points, vous devez y inscrire le message adéquat, depuis une publicité digitale classique, jusqu’à un marketing de contenu complet, afin de délivrer une réelle expérience de marque.

TripAdvisor est sans aucun doute dans ce mix digital, et il doit être manipulé avec une grande attention, mais il serait dangereux de tout miser dessus !

Abandon de panier : l’industrie du tourisme et du voyage est la plus concernée

A l’ère du voyageur connecté, deux récentes recherches menées l’une par Skift, éditorialiste majeur du secteur voyage/tourisme, et l’autre par LK Conseil, agence de marketing digital, montrent clairement que l’abandon de panier est un souci majeur pour l’ensemble des e-commerçants, avec à leur tête l’industrie du tourisme et du voyage.

75,3% d’abandon de panier en 2015

En hausse sensible (+12,1%) depuis l’année précédente, cette rupture dans le parcours d’achat est supérieure de 3% environ pour le tourisme par rapport aux autres secteurs.

Les principales causes sont liées à un parcours de décision dans ce secteur bien plus complexe qu’ailleurs : les vacances sont pour tout un chacun, un sujet hautement sensible, pour lequel la garantie satisfaction est la plus recherchée.

Ce qu’il faut donc retenir en priorité de ces études, est qu’il est indispensable pour vous, acteur du tourisme, de maîtriser le parcours d’achat du voyageur, depuis la recherche d’inspiration chez lui, jusqu’à vos guichets d’entrée. Une telle maîtrise permet d’identifier l’ensemble des points de contacts, moments propices pour communiquer auprès de votre cible, afin de construire le meilleur mix marketing/communication.

Pas de solution magique. Restez sur les fondamentaux !

De plus amples recherches en stratégie marketing touristique montrent qu’il existe un panel très varié d’outils, de concepts…

Bien sûr, on voit émerger chaque trimestre une nouvelle idée brillante, une nouvelle technologie merveilleuse. Récemment le cross-shopping, ou lecompetitive advertising font la une des newsletters marketing, mais derrière tous ces nouveaux acronymes, ce sont autant de concepts que les responsables marketing doivent assimiler, rendant leur tâche de plus en plus ardue !
A y regarder de près, ces techniques sont autant de remèdes certes performants, mais pour des problématiques très circonscrites, et en aucun cas des solutions globales.

Cependant, pour amener le voyageur à transformer ses (pré)réservations en une visite effective de votre établissement, vous devez vous poser la question de ce qui l’intéresse réellement.
Et dès lors que vous avez le contenu de son panier digital, celui-ci vous livre de très précieuses informations qu’il vous faut exploiter, via un lead nurturingefficace, ou comment chouchouter son prospect.

Prenons l’exemple d’un panier renseigné pour 2 adultes et 2 enfants assorti d’une date potentielle. Vous pouvez désormais proposer du contenu adapté à ce prospect :
• Un ensemble d’activités complémentaires et non compétitives autour de votre établissement
• Une semaine avant la date visite potentielle, vous pouvez envoyer un bulletin météo, surtout si les prévisions sont compatibles avec votre activité
• Dès lors que vous avez une date de naissance et qu’elle coïncide peu ou prou avec la date de visite, appuyer vous sur cet évènement pour adresser un message qui jour sur l’émotion

Une telle stratégie de re-contact personnalisé vous permettra d’augmenter de façon sensible votre taux de visite.
La seule limite est celle votre imagination !

Au-delà du CTR (Click Through Rate)

De tels taux d’abandon de panier induisent finalement que le calcul ROI (retour sur investissement) doit être abordé de manière sensiblement différente, c’est-à-dire en allant au-delà des ratios classiques du digital, et en considérant l’ensemble du dispositif marketing.

S’il vous en faut plus pour vous convaincre, un récent rapport de Monetate indique que les taux de conversion sur place sont de 50% contre à peine 3,5% pour le e-commerce.

Par conséquent, si l’on considère le fait que l’on sait désormais communiquer auprès du voyageur avant, pendant son trajet, ainsi qu’une fois sur place, un tel décalage dans les taux de conversion implique que, ce qui importe surtout, c’est d’investir dans des moyens de garder le contact avec votre cible tout au long de son parcours depuis chez lui, et de l’amener progressivement à se rendre sur place…c’est-à-dire, chez vous !

Le marketing digital au secours du tourisme

Brexit, récession, prix du baril, grèves, catastrophes naturelles…Autant de menaces extérieures qui pèsent sur le tourisme et sur lesquelles les acteurs du tourisme, malgré toute leur attractivité, ne peuvent influer. Heureusement pour eux, ils disposent du marketing digital, non seulement pour préserver leur activité, mais surtout pour convertir des risques en opportunité.

Les crises économiques que connaissent la plupart des pays “sources” ont une conséquence immédiate : les touristes vont systématiquement rechercher les moyens les plus économiques de se rendre dans leur destination. Internet leur apporte tous les outils pour cela.

L’hébergement au cœur de la transformation digitale

Ecartons d’emblée AirBnB, puisque intrinsèquement leur activité génère encore plus de revenus en période de crise.

Désormais, tous (ou presque, il n’est jamais trop tard pour s’y mettre !) les hébergements cherchent à augmenter leur taux d’occupation en misant à fond sur le digital. Initialement les OTA apparaissaient comme les sauveurs, on remarque cependant une tendance de fond à vouloir se dégager de leur emprise, et à faire du digital par soi-même.

Le dernier exemple en date ? Le groupe Mélia prévoit d’investir 100 millions d’euros dans le digital, pour accroitre leurs canaux de vente en e-commerce, et développer leurs propres « apps » (1). Vont-ils bénéficier d’un beau retour sur investissement ? Absolument !

Néanmoins, tous les propriétaires ont-ils 100 millions à débourser ? Absolument pas !

Rien n’est perdu pour autant. Les réseaux sociaux offrent un pilotage abouti et des passerelles de e-commerces intégrées et connectées aux principales plateformes de réservation. Ainsi le duo marketing/booking associé à une politique de prix adaptée, et à quelques campagnes webmarketing bien dimensionnées, permettent à moindres frais d’influer grandement sur les futurs vacanciers en recherche d’inspiration.

Le smartphone, un guide personnel dans sa poche

Prenons le cas de Mark et Julia. Ils ont décidé de passer leurs vacances à Mallorque. Afin d’éviter de dépenser à l’avance et à l’aveugle, ce jeune couple n’achète avant de partir que ses billets d’avion et l’hébergement. Pour le reste, ils décideront sur place au gré de leurs envies. Ces millenials appellent cela « Garder le contrôle pour des vacances PERSONNALISEES ».

Rien de cela ne serait possible sans les smartphones qui ont transformé les consommateurs en accros de l’immédiateté. A titre d’information, plus de 66% des activités sont décidées pendant et après le vol (2)

Bienvenue dans les transports connectés

Le décollage marque presque tout le temps le début des vacances. Ok, physiquement Mark & Julia ne sont pas encore sur place, mais ça y est ! Leur esprit est enfin 100% connecté sur Mallorque, ses rues, ses plages. C’est d’ailleurs à ce moment précis que les publicités inflight prennent toute leur importance, pour le plus grand bénéfice des marques qui ont choisi de bien marquer les esprits.

Pour info, 86% des passagers lisent les publicités touristiques dans les magazines inflight (3). Un tel intérêt se retrouve bien entendu sur la communication digitale inflight.

Les destinations à l’heure du digital

Jusqu’à il y a peu, nous mesurions l’attrait d’une destination principalement sur la richesse de ses points d’intérêts, ainsi que sur l’hospitalité des locaux. J’ai récemment eu la preuve que désormais les touristes attendent d’une ville qu’elle leur offre l’accès au digital. C’est une caractéristique qui peut paraître anodine mais qui présente au moins trois avantages majeurs pour l’expérience touristique : gain de temps, élargissement des opportunités de visite, et gain d’argent.

A plusieurs reprises j’ai échangé avec des touristes allemands dans Barcelone, qui, au lieu de demander aux locaux, ont systématiquement utilisé leur smartphone pour trouver les meilleures tapas à déguster autour d’eux et compatibles avec leur budget. Cette tendance dépasse désormais les 50% et continue sa généralisation à grands pas (4)

Par ailleurs, la pertinence du ciblage est directement liée à la connaissance de l’historique de navigation. C’est pour cette raison que le Big Data, le retargeting et la programmatique connaissent un succès aussi retentissant.

Lorsque les touristes sont de retour chez eux, une bonne connaissance des informations « enregistrées » pendant leurs vacances permet désormais aux spécialistes du marketing d’être performant au moment où leur cible commencera à planifier le voyage suivant.

Votre stratégie marketing est-elle à la hauteur de vos enjeux?

Soyons pragmatiques et déclinons là comme une courte check list:

  • Un site web et un site marchand optimisés pour le mobile
  • Un plan marketing couvrant avant, pendant et après le vol
  • Une équipe marketing qui analyse les tendances dans les marchés émetteurs de touristes
  • Une part non négligeable (au moins 20%) de votre budget marketing allouée au digital

Anecdote

Durant la pleine saison aux Canaries, j’ai rencontré un responsable marketing d’une importante entreprise de location de voiture locale. Désespéré, il m’indiquait devoir mettre en pause sa campagne digitale car…il était à court de véhicules, et se faisait dépasser par les excellents résultats de celle-ci !

Il s’agit là d’un bon problème, et ne vous méprenez pas, c’est sincèrement tout le succès que je vous souhaite.

Vous avez des exemples de succès en marketing digital à la rescousse du secteur touristique ?

Le marketing de contenu est-il désormais incontournable pour l’industrie du tourisme ?

A l’approche de l’été, les acteurs du tourisme préparent activement la haute saison. Selon la récente étude d’Hotels.com™ (Hotels.com™ Mobile Travel Tracker), plus de 76% des voyageurs placent cette année le smartphone en tête de la liste des objets indispensables à mettre dans leurs bagages. Dès lors, on aura compris qu’aucun site touristique digne d’intérêt ne peut faire l’économie d’une véritable stratégie marketing digitale !

Identifier & comprendre les points de contact avec votre cible

Afin d’attirer les touristes dans votre établissement, le premier pas est d’analyser le parcours de ce futur potentiel client, dans sa globalité, et identifier les occasions qui se présentent à vous pour promouvoir votre activité.

Avant son voyage il y a trois grands moments : la phase inspirationnelle (celle où le futur vacancier recherche sa destination), la phase d’achat (moyen de transport, formule, hébergement…) et enfin, la phase préparatoire (qu’y a-t ’il à voir et à faire autour). Pendant le voyage, de nouvelles occasions se présentent aussi à vous : à l’aéroport/gare de départ comme d’arrivée, via les systèmes de divertissement passager proposés à bord… Une fois arrivé à destination, vous avez là encore de nouvelles opportunités pour promouvoir votre activité : l’affichage en extérieur, la promotion à l’accueil des hôtels…

En clair, vous disposez donc d’un éventail de moment privilégiés pour communiquer auprès de votre cible.

Les Google Ads ne sont pas la potion magique du digital !…

Quelques clics suffisent pour s’apercevoir qu’il y existe un fossé, voir un océan, entre les préconisations des plus grands gourous du marketing digital et ce qui est réellement fait par les responsables marketing/communication des sites touristiques.

Conscients du boom des voyageurs connectés, ces derniers prennent souvent un raccourci en s’accordant sur le poncif suivant : présence digitale = GOOGLE… Dès lors, la grosse partie des investissements se résume à l’animation des pages du site web (en oubliant trop souvent le travail sur le référencement naturel) de sa page Facebook et l’achat de Google Ads. Or il existe un moyen bien plus efficace d’engager ces « précieux » touristes, on l’appelle le marketing de contenu.

Votre cœur de métier est de fabriquer du bonheur

Une fois que vous avez sélectionné les points de contacts sur lesquels vous souhaitez être présents, vous devez impérativement décider du message que vous allez délivrer à ce futur client.

A ce stade, vous avez plusieurs options : le contenu publicitaire pur (le fameux « Eat at Joe’s »), l’histoire que vous pouvez raconter (« Découvrez comment Joe, notre chef, sélectionne avec passion les meilleurs produits pour nos clients »), et le contenu créé par vos propres clients (l’exemple le plus connu est celui de Tripadvisor).

Votre activité est intrinsèquement génératrice d’émotions et de sensations. Vous avez donc tout le matériel nécessaire pour réaliser un marketing de contenu qui vous corresponde. Que vous soyez un restaurant, un centre de plongée, un parc d’attraction, un city tour, un hôtel…., votre métier est de créer du bonheur ! Alors racontez comment votre passion et votre expertise vont permettre de vivre une expérience inoubliable à vos clients. Montrez le bonheur de ceux qui sont venus chez vous, faites-les parler avec des mots, des photos et des vidéos. Et enfin, puisez dans cette manne de contenus pour construire vos messages et les positionner au bon moment et sur le bon canal.

Ainsi, vous pouvez être sûr que vos futurs clients trouveront l’inspiration qui déclenchera chez eux l’envie de venir à leur tour vivre l’expérience. Chez vous !

Libérez-vous des ad-blockers avec la publicité digitale inflight !

TEADS.TV a récemment publié une étude sur les raisons pour lesquelles les ad-blockers rencontrent un tel succès depuis quelques mois.

Sans surprise ce phénomène trouve ses origines dans l’exaspération provoquée par les pop-ups, publicités interstitielles et autres bannières. L’impact est majeur : ce sont quelques 22 milliards de dollars de publicités dépensés inutilement ! On comprend aisément pourquoi le sujet des ad-blockers est au centre des préoccupations des Directeurs Marketing pour 2016.

Par contre, pour ce qui est de la publicité digitale inflight, ce problème peut être contourné très facilement.

Comment fonctionnent les ad-blockers ?

En général, sur une page web, il y a des espaces réservés à la publicité. Lorsque l’utilisateur charge cette page, automatiquement ces espaces interrogent des ad-servers (serveurs de publicité) qui, en temps réel, vont leur envoyer les contenus à afficher.

C’est là que se trouve le talon d’Achille de ces publicités : les ad-serveurs sont extérieurs (et donc différents) du serveur qui héberge la page web consultée. De fait, l’ad-blocker identifie alors immédiatement cette “intrusion” et la bloque. L’annonceur a donc payé pour une publicité qui n’est malheureusement pas affichée ! Un beau gâchis…

Une solution efficace pour la Publicité Digitale Inflight

Les systèmes de divertissement passagers basés sur le BYOD* connaissent depuis 2015 un essor sans précédent. De fait, le problème des ad-blockers est devenu un des sujets systématiquement abordé par les annonceurs.

Dans ce cas de figure, tout le contenu accessible par le passager est déjà chargé sur le serveur embarqué dans l’appareil. Par conséquent, les outils marketing proposés par PXCom deviennent indétectables des ad-blockers installés sur les devices des passagers. C’est la garantie pour les Marques que leur message atteindra bien systématiquement leurs cibles !

Pour une publicité responsable

Afin de préserver à la fois l’expérience passager et l’efficacité des messages de ses clients, PXCom est particulièrement attentif au respect d’un certain nombre de principes : pertinence du message, cohérence du contenu et intrusion minimale.

Sur la base de ces principes, qui conduisent à une sélection rigoureuse des annonceurs et des messages, PXCom peut ainsi garantir la délivrance d’une expérience de marque optimale.

*Bring Your Own Device : le contenu est accessible depuis la tablette ou le smartphone du passager pendant le vol.

PXCom_Infographics_ad_blockers

Une association strategique au service de l’experience passager

Entreprises innovantes au service de l’Expérience Passager, les sociétés PXCom et Adaptive Channel ont conclu un partenariat visant à proposer une offre commune de contenus et services dédiée aux acteurs du transport aérien.

Adaptive Channel est le pionnier de la presse digital aux passagers et en quelques années, la société est devenue un acteur majeur du secteur.. Après avoir lancé le service de presse digitale d’Air France en première mondiale, Adaptive Channel a réalisé les déploiements de presse digitale et de divertissement pour de nombreux opérateurs aériens et aéroportuaires comme Air Caraibes, SAS, TAP Portugal, Aéroport de Paris, Aéroport de Nice, Aéroport de Toulouse. Par ailleurs la société est également présente dans le ferroviaire et le taxi notamment avec Thalys et Taxis G7. Sa plateforme ACES, Adaptive Content Entertainment System, permet aux passagers de disposer d’un bouquet de titres quotidiens, hebdomadaires ou mensuels sur une tablette mise à leur disposition ou directement sur leur propre appareil mobile (tablette/smartphone/laptop).

« Avec ce partenariat, les operateurs pourront facilement améliorer l’expérience passager tout en réduisant leurs couts avec la presse digitale d’Adaptive et en générant des revenus complémentaires avec les guides de PXCom, c’est simplement unique ! », note David FAIRAND, DG d’Adaptive Channel.

« Ce rapprochement stratégique permet à nos deux entreprises de proposer une offre de contenu complète, pouvant s’intégrer facilement dans l’application mobile de la compagnie de transport », indique Cyril JEAN, DG de PXCom. « Les passagers concentrent ainsi dans une seule App, celle de la compagnie aérienne, les infos sur leur vol, leur sélection de presse digitale, le guide à destination incluant une sélection d’offres commerciales, le plan de l’aéroport,… »

La personnalisation de l’experience du passager quand le media devient un service a valeur ajoutee

La fulgurante adoption en masse des smartphones et des tablettes, ainsi que l’accélération technologique associée ont amorcé, depuis un peu plus de deux ans, la nécessaire digitalisation des systèmes de divertissement passagers des compagnies de transport (avions, bus, taxis…).
Les récents systèmes de divertissement à base de portail wifi étant de facto digitaux puisque conçus avec les technologies qui peuplent notre quotidien, ce sont les écrans traditionnellement intégrés dans les sièges passagers qui vivent aujourd’hui cette révolution. Ils deviennent en effet des médias digitaux capables de converser avec le smartphone du passager. Une révolution qui ouvre de fabuleuses perspectives !

Quelle est l’étape suivante ?

Un des éléments de réponse se trouve dans les grandes tendances du marketing digital. Exit les popups sauvages, exit une exposition à des messages qui n’intéressent pas l’utilisateur. Qui, lorsqu’il se connecte au portail wifi d’une gare, d’un aéroport afin d’accéder à Internet, regarde encore les messages publicitaires qu’il comporte ? Lorsqu’on est forcé de patienter quelques secondes le temps que le précieux message soit diffusé, qui en retire une expérience utilisateur positive ?…
Ces systèmes de divertissement passager eux, ont un atout majeur : leur retard sur le monde des smartphones, même si celui-ci se réduit de jour en jour. En effet, il s’agit pour cette industrie de retenir les principaux enseignements des différentes voies explorées par le digital, ses succès et ses échecs.

Que nous montrent les dernières études ?

Le message publicitaire est accepté et intégré par celui qui le reçoit, s’il est en phase avec le contexte de la cible. Dans le cas contraire, son émetteur s’expose à être définitivement bloqué par un « ad-blocker ». Autrement dit, l’ensemble des développements des outils marketing sont actuellement concentrés sur la personnalisation des messages.
Par conséquent, si les compagnies de transport souhaitent maximiser les bénéfices de leur investissement dans un système de divertissement passager, l’ensemble des acteurs de l’écosystème doit concentrer ses efforts sur les moyens de créer une personnalisation de l’expérience passager. De #PaxEx, nous devons passer à #MyEx. D’autant que le passager s’attend à de la valeur ajoutée. De simples supports publicitaires, les systèmes de divertissement passagers doivent donc devenir des plateformes de services.

La proposition de PXCom

Dans ce contexte, la société PXCom a modélisé le processus de personnalisation de l’offre de services à destination, en tenant compte de l’état de l’art de la technologie à disposition dans les systèmes de divertissement passagers ainsi que de son futur proche.
Les détails de cette modélisation, feront l’objet des prochaines publications de PXCom. Cependant, vous pouvez d’ores et déjà découvrir le résultat de cette modélisation dans l’infographie ci-jointe.
Celle-ci est divisée en trois sections : le cercle vertueux de la personnalisation, une cartographie des facteurs de personnalisation, et l’introduction du contenu généré par l’utilisateur.

Suscribe now to the newsletter to stay informed about Airline/IFE industry !